« Ah ! Ces chers vieux objets ! Comme ils sont doux. Voici mon cœur emplit du tendre souvenir de notre maison. Comme il faisait beau ! »


« Le poisson danse comme le maître de danse, le mouvement vif et puissant en précises saccades rythmées.
L’homme doit se construire, lui est qui vierge à sa naissance, et sera malhabile en tout si il ne travaille pas. »


« Le mouvement « pensé » tremble comme une feuille, certain de sa chute, la salive acre et la main glacée, par raisons de ne pas être.
Le mouvement « instinctif », fort et sûr comme le rugissement, dominateur et dangereux, empoigne la lance et perce, par raison d’être. »


« Je vois des guitares pareille à des danseuses, comme des voix de jeunes filles, aimantes et mélancoliques, innombrables et humbles.

Elles atteignent le cœur, car c’est dans le cœur qu’elles s’épanouissent, c’est du cœur qu’elles partent, et au cœur qu’elles reviennent. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :